Actus Accenture

L’actu Accenture de Janvier 2018…

RESTEZ CONNECTÉ … OUI MAIS OÙ ?

Afin de permettre aux usagers de connaître le service rendu par les différents opérateurs de téléphonie, l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a mis en ligne des cartes de France des couvertures voix, SMS, 3G et 4G pour chacun des opérateurs.

La carte de France de couverture voix et SMS des différents opérateurs mobile
Depuis janvier 2017, l'Arcep impose aux opérateurs de publier des cartes de couverture du territoire représentant une évaluation de la couverture à différents niveaux, pour le service voix et SMS.

Depuis septembre 2017, l'Arcep, au travers de son Observatoire sur la couverture et la qualité des services mobiles, publie une carte de couverture mobile enrichie pour toute la France métropolitaine. Elle permet d’identifier les zones de couverture mobile de chaque opérateur, avec 4 niveaux d'évaluation
« Très bonne couverture », « Bonne couverture », « Couverture limitée » ou « Pas de couverture ».

Le site indique également la part de la population et la part du territoire couverte en voix et sms par chaque opérateur.

Consulter la carte >>> monreseaumobile.fr

La carte de France de couverture internet mobile 3G et 4G des différents opérateurs mobile
Le site monreseaumobile.fr met également en ligne un outil cartographique présentant la couverture mobile en internet 3G et 4G. Cet outil vise à apporter une information sur mesure aux utilisateurs, afin de les aider à comparer entre eux les opérateurs.

Pour la 3G, la carte présente 3 possibilités : couverture 3G, couverture 3G bridée à 1Mbit/s ou pas de couverture.
Pour la 4G, la carte présente la présence ou non d'une couverture 4G.

Le site indique également la part de la population et la part du territoire couverte en 3G et 4G par chaque opérateur.

En entrant le nom de sa ville ou d’une rue dans un moteur de recherche, il est possible de connaître la couverture mobile de la zone concernée.

La qualité mesurée de la couverture voix, sms et internet mobile de chaque opérateur
Le site monreseaumobile.fr présente également la qualité mesurée des services voix et sms d'un côté, internet mobile de l'autre, dans les transports pour chaque opérateur.

Il est possible d'afficher la qualité mesurée :

• sur les grands axes routiers,
• dans les TGV,
• dans les intercités/TER,
• dans les RER et transiliens,
• dans le métro (Lille, Lyon, Marseille, Paris, Rennes et Toulouse).

Concernant les lieux de vie, monreseaumobile.fr détaille la qualité mesurée des services voix, sms, navigation web et vidéo en ligne pour chaque opérateur pour toute la France, et pour les zones rurales, intermédiaires et denses.

 

ET POURQUOI NE PAS NOUS REJOINDRE EN CE DÉBUT D’ANNÉE ?

Nous sommes vos représentants chez les cadres et non-cadres et votre syndicat au niveau Accenture Groupe.

Etre élu dans les IRP (Instances Représentatives du Personnel) permet d’avoir autorité pour intervenir auprès de la Direction que ce soit en tant que DP (Délégué du Personnel), élu CE (Comité d’Entreprise) et au-delà élu au CHSCT (Comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail).

Les syndicats ont également un pouvoir plus important puisque ce sont eux seuls qui peuvent négocier des accords d’entreprise avec la Direction et également être représentés dans les instances IRP. Ainsi, alors que nous n’avions aucun accord par le passé, la section Cruci@l Conseil CFTC signe vos accords pour un meilleur équilibre plus représentatif de notre population comme tout simplement pour gérer le Stress, le Harcèlement ou les abus.

Aujourd’hui, t’investir avec nous, Cruci@l Conseil CFTC, c’est :
• Mettre en place de nouvelles Instances Représentatives du Personnel au niveau du CSE,
• Mise en place d’un CSE (Comité Social et Economique), observer son suivi,
• Comprendre les sociétés du Groupe Accenture, ses comptes et sa gestion dans sa globalité,
• Etre un acteur principal et un interlocuteur privilégié de la Direction sur des points que tu as envie d’améliorer,
• Mettre en place ou renégocier de futurs accords,
• Revoir la gestion des voyages et des activités socio culturelles (…).

Mais à ce stade tu te poses les questions suivantes :
• L’investissement ? il est lourd ? parce que moi je n’ai pas trop de temps…
• Le syndicat ? faut-il se syndiquer ? et puis lequel ?
• Et pour faire quoi ? parce que bon !

Les réponses sont simples :
• L’investissement ? Avec Cruci@l Conseil CFTC il est celui que tu veux lui donner et quand tu le peux. Nous sommes, avant tout, une équipe qui travaille. Quand l’un peut, l’autre ne peut peut-être pas. L’important est d’avoir les informations, de pouvoir donner son avis et de pouvoir ainsi tous ensemble, prendre des décisions, les décisions qui s’imposent et surtout les meilleures et les plus adaptées aux besoins de tous les salariés d’Accenture.
• Pour quoi faire ? Il y a des millions de choses à faire. 😊
1. Pouvoir donner son opinion et être le porte-parole des salariés au sein des différentes instances afin d’essayer d’améliorer au mieux les conditions de travail de chacun.
2. Etre en contact permanent avec les salariés et leur communiquer les problématiques rencontrées, les évolutions obtenues grâce à nos actions et nos valeurs, notamment au travers de notre newsletter mensuelle intitulée Cruci@l Conseil CFTC.
3. Participer activement à des négociations d’entreprise comme les augmentations annuelles au sein du Groupe.

• Pourquoi la section Cruci@l Conseil CFTC? Pour nos valeurs qui nous différencient par rapport aux autres syndicats :

• La valeur de la personne et non pas du salarié en tant que tel. On allie volontairement vie personnelle et vie professionnelle car elles sont étroitement liées. Nous, nous considérons qu’il faut défendre les 2.
• Le principe d’indépendance : contrairement aux idées reçues et aux bruits de couloirs la CFTC est en effet le seul syndicat national apolitique et non-religieux. La CFTC d’Accenture est également autonome et indépendante du syndicat CFTC national.
• Le principe de construction sociale : la CFTC est en effet un syndicat de construction contrairement à d’autres syndicats nationaux dits de ‘contestation’. Nous sommes là pour construire dans le but de faire avancer progressivement mais surement les choses. Pour la CFTC contester de façon systématique comme le font d’autres syndicats, n’apporte rien aux salariés.
• Le principe de subsidiarité, c'est-à-dire la prise de décision au niveau le plus bas et supporté par la hiérarchie de la CFTC. En 2 mots ce qui est le mieux pour les salariés est connu du salarié lui-même…
• Le principe du Bien Commun. Nous avons tous des objectifs communs. Cherchons les points qui profitent aux deux parties (Direction et Salariés) plutôt que d’entrer en conflit systématique. Les relations et les accords en découlant n’en seront que meilleurs.
• Faire du Win-Win. Ne pas aller systématiquement à l’inverse des décisions de la Direction mais plutôt les accompagner et éviter les dérives. Nous sommes là pour faire ressortir notre expérience et taper du poing sur la table si la Direction refuse d’aller dans le sens des salariés de l’entreprise. En d’autres termes c’est savoir s’opposer mais toujours proposer.

En conclusion :

T’investir avec nous, Cruci@l Conseil CFTC, en représentant tout ou une partie de nos valeurs et négocier avec nous les futurs accords à venir, c’est participer activement à l’avenir de la société et prendre en main ton métier de demain.

N’hésite plus ! Contacte-nous ! Je suis sûr que tu as des questions, sache que nous sommes là !

 

L’actu Accenture de Décembre 2017…

LETTRE AU PÈRE NOËL

Bonjour PN,

Cette année encore nous avons beaucoup travaillé. On a toujours été présents sans compter notre temps et notre peine. Nous avons mené à bien de nombreux projets, il y a bien eu quelques pleurs mais toujours nous sûmes nous relever, victorieux et le sourire aux lèvres.

Tous nos responsables et actionnaires se réjouissent de notre performance. Notre implication et nos réalisations doivent assurer notre place sur la liste des salariés sages qui auront des cadeaux.

Nous t’avons donc fait une petite liste des choses que tu pourrais discuter et négocier avec nous pour le bien de l’ensemble des salarié·e·s et de leur famille :

• Mise en place effective de l’accord signé sur le droit à la déconnexion,
• Mise en place de nouvelles modalités du temps partiel ou réduit,
• Mise en place d’un Compte Epargne Temps Solidaire (CET Solidaire),
• Mise en place du don de jour de repos,
• Mise en place de l’indemnité kilométrique pour aller au travail en vélo,
• Mise en place d’un droit au télétravail lors des pics de pollution.

Voilà quelques idées qui ne pourront que nous aider à encore être au top l’année prochaine.

Merci PN et bises aux lutins,

Très bonnes fêtes de fin d’année à toutes et tous !

 

CONNAISSEZ-VOUS FRANCECONNECT ?

La Accéder aux administrations en ligne avec FranceConnect

FranceConnect est un système d’identification et d’authentification offrant un accès universel aux administrations en ligne. Plus de 2,2 millions de Français ont aujourd’hui un compte FranceConnect. Retour sur ce nouveau service en plein essor qui simplifie la vie de l’usager et offre un service public « tout en un ».

Une fédération de comptes pour éviter de nouveaux comptes

Les impôts, la CAF, la Sécurité sociale, la mairie… Pour entreprendre vos démarches en ligne auprès des administrations, vous devez jongler avec une multitude d’identifiants et mots de passe. Et si vous voulez solliciter une nouvelle administration, vous devez créer un nouveau compte. Avec FranceConnect, vous pouvez accéder facilement aux services en ligne, les fédérer librement sans avoir besoin de toujours fournir les mêmes informations pour effectuer vos démarches. L’usager choisit les comptes qu’il souhaite fédérer.

Activer le bouton FranceConnect

L’usager accède à la page d’accueil d’une administration (une mairie par exemple) fédérée à FranceConnect. Il peut alors activer le bouton FranceConnect et s’authentifier via un compte dans une liste constituée de 3 fournisseurs d’identité : impôts, Améli et La Poste.
FranceConnect transmet au fournisseur de services (mairie, département, ministère, opérateur public, etc.) l’identité de l’usager. Plus précisément, il lui fournit 6 données qui constituent son identité pivot : nom, prénom, sexe, date, lieu et pays de naissance. Sur la base de ces éléments, l’usager est reconnu par le fournisseur de service.
Des exemples de services publics accessibles avec FranceConnect

FranceConnect est partenaire de services publics à portée locale et nationale. Au total, plus d'une vingtaine de sites sont accessibles avec FranceConnect
Créer votre entreprise avec FranceConnect
• Guichet entreprise

Vos droits à la formation accessibles avec FranceConnect
• Mon Compte personnel d'activité

Vos formalités administratives accessibles avec FranceConnect
• Passeport et carte nationale d'identité
• Agence nationale des titres sécurisés
• Immatriculation : mon espace véhicule
• La consultation des points de permis de conduire

Vos droits individuels à la retraite accessibles avec FranceConnect
• L’assurance retraite (CNAV)
• Info retraite
• AGIRC et ARRCO : retraite complémentaire
• Retraite et solidarité : CNRACL, IRCANTEC, FSPOEIE, Retraite des Mines, RAFP, Banque de France, SASPA.

FranceConnect et servicepublic.fr

Pour retrouver la liste des sites accessibles avec FranceConnect, rendez-vous dans votre espace personnel de service-public.fr et identifiez-vous avec l'un des 3 sites partenaires. Vous trouverez ensuite l'ensemble des services proposés sous l'onglet Mon activité.
Service-public.fr met également à votre disposition un espace de stockage sécurisé pour conserver vos documents personnels jusqu'à 4 Mo sous l'onglet Mes documents.

 

L’actu Accenture de Novembre 2017…

LA DÉMISSION : CE QU’IL FAUT SAVOIR

La démission ne se présume pas et ne peut résulter que de la volonté claire et non équivoque du salarié de mettre fin au contrat de travail.

Voici quelques exemples où la démission n’a pu se déduire :

- De la seule intention d'un salarié de quitter l'entreprise,
- De l’absence prolongée d'un salarié de l’entreprise,
- D’une absence non motivée,
- Du fait de quitter le travail de son propre chef,
- D’un refus de reprendre le travail, malgré les relances de l’employeur, alors que le salarié avait déjà trouvé un autre emploi,
- D’une réclamation à 2 reprises, par le salarié, de son solde de tout compte, suite à un abandon de poste,
- De la non-reprise du travail après un arrêt maladie,
- De la non-reprise de travail après un arrêt de travail, accompagnée de 2 lettres adressées à l'employeur pour demander des attestations Pôle Emploi faisant mention de son licenciement,
- De la non-reprise du poste à l'expiration des congés payés, suivie de 3 lettres pour solliciter le bénéfice d'un licenciement économique,
- De l'absence de reprise du travail à l'issue d'un congé parental, pas plus que du silence du salarié à l'issue de ce congé,
- De la seule absence à l'issue d’un congé sabbatique,
- Du fait d’informer son employeur de quitter l'entreprise pour s'installer à son compte, en ayant terminé après son départ les dossiers en cours et en cherchant à préserver au mieux ses intérêts en comparant les avantages,
- D’un reçu pour solde de tout compte signé ou de la saisine du Conseil de prud'hommes près de neuf mois après son départ de l'entreprise, avec renoncement au paiement des indemnités afférentes à la rupture du contrat,
- D’un manque de moyens financiers l'empêchant de revenir travailler et du seul fait d'avoir remis les clés de son bureau en opposant un silence à une lettre d'avertissement,
- Du fait, pour un salarié en arrêt de travail, d’anticiper par téléphone, avec la D.R.H., sur les conséquences d'une éventuelle inaptitude partielle jusqu'à conclure à une absence de reclassement,
- Du fait de l'absence du salarié lié à une insuffisance de versement de salaire, avait suffi à caractériser « une rupture s'analysant en un licenciement »,
- De ne pas se manifester auprès de son employeur après la fin de son arrêt de travail, ne démontrant pas la manifestation explicite d'une volonté du salarié de mettre fin au contrat de travail en période d'essai, peu importe que ce type de rupture ne requiert aucun formalisme particulier.

Mais Attention aux trois arrêts suivants, non publiés, où la démission a été admise :

- Lorsque le salarié avait manifesté à plusieurs reprises son souhait d'être licencié, que, devant la refus de son employeur, il adopte une attitude agressive, allant jusqu'à frapper un autre salarié et, enfin, qu'il n’obéit pas à une mise en demeure de reprendre le travail,
- Lorsque le salarié, d'une part, avait expressément déclaré ne plus vouloir travailler "dans cette maison de fous" avant de quitter les lieux sur le champ en remettant les clefs et, d'autre part, ne s'était plus présentée à son travail durant 10 jours suite à cette déclaration sans fournir aucune explication,
- A l'issue d'un congé sabbatique d'un an, au cours duquel le salarié a acquis un fonds de commerce, il n'avait pas repris son travail et avait laissé sans réponse pendant près d'un mois la lettre de son employeur lui demandant la cause de son absence.

 

L’actu Accenture d'Octobre 2017…

 

NOUVEAU BLOG

 

Le blog Cruci@l Conseil CFTC fait peau neuve.

 

 

Retrouvez tous les articles de votre Cruci@l Mail avant même qu’ils ne sortent en cliquant sur ce lien !

 

N’oubliez pas de vous abonner à ce blog pour être alerté en temps réel dès qu’une nouvelle information est disponible.

 

 

Christophe SERVOZ - Cruci@l Conseil CFTC

 

 

FORMATION – CE qui change

 

La loi Formation du 5 mars 2014 modifiait certaines modalités liées à la Validation des Acquis de l’Expérience. Le décret entre en vigueur le 1er Octobre 2017.

 Les changements sont répertoriés dans le tableau ci-dessous :

 

Ce qui change avec le décret

 

Avant le 1er Octobre

Après le 1er Octobre

Expériences retenues

L’ensemble des activités salariées, non-salariés ou bénévoles exercés de façon continue ou non

S’ajoutent des activités de volontariat, ou exercées par une personne inscrite sur la liste des sportifs de haut niveau, ou dans le cadre de responsabilités syndicales, d’un mandat électoral local ou d’une fonction élective locale. Lorsqu’il s’agit d’activités réalisées en formation initiales ou continue peuvent être prises en compte :

-    Les périodes de formation en milieu professionnel ;

-    Les périodes de mise en situation en milieu professionnel ;

-    Les stages pratiques ;

-    Les préparations opérationnelles à l’emploi ;

-    Les périodes de formation pratique de contrat d’apprentissage, de contrat de professionnalisation ou de contrat unique d’insertion (CUI)

Durées minimales des expériences

Au moins trois ans, ou au moins 24 mois d’activité salariée pour les CDD

Au moins un an, de façon continue ou non

Procédure

 

En deux étapes : recevabilité et évaluation. Les éléments des deux dossiers sont précisés.

Validation Partielle

Le salarié a cinq ans pour valider totalement la certification

Les parties de certification sont définitivement acquises. Elles sont attestées ou inscrites dans le livret de certification.

Congé VAE

La durée du congé ne peut être supérieure à 24 heures de temps de travail consécutif

La durée maximale du congé peut être augmentée par accord collectif de travail pour les salariés dont le niveau est inférieur au niveau IV (baccalauréat) ou dont l’emploi est menacé par les évolutions économiques ou technologiques.

Prise en charge des dépenses

Les dépenses réalisées par l’employeur, couvrent, dans une limite de 24 heures, les frais de :

-    La validation organisée par l’organisme certificateur ;

-    L’accompagnement du candidat à la préparation de cette validation ;

-    La rémunération du salarié.

Le salarié bénéficiaire d’un congé pour VAE a droit, dès lors qu’il a obtenu d’un organisme collecteur paritaire agréé la prise en charge des dépenses correspondantes à ce congé, à une rémunération égale à celle qu’il aurait perçue s’il était resté à son poste de travail, dans la limite de 24 heures par validation.

Précision de la liste des dépenses pouvant être prises en charge par l’employeur et/ou l’OPCA :

-    La rémunération du salarié pendant son congé de VAE ;

-    Les frais de transport, de repas et d’hébergement ;

-    Les frais d’examen du dossier de recevabilité ;

-    Les frais d’accompagnement du candidat

-    Les frais d’organisation de session d’évaluation par l’autorité ou l’organisme habilité à délivrer la certification ciblée.

Information

Pas de gratuité de l’information. Le suivi statistique du parcours des candidats à la VAE se fait du dépôt du dossier de recevabilité de la demande jusqu’à l’expiration du délai de validation complète de la certification (cinq ans à compter de la validation partielle).

Aide gratuite à la constitution du dossier de recevabilité de l’organisme certificateur. Les informations et ces conseils sont disponibles sur un portail national dématérialisé. Le suivi statistique du parcours des candidats à la VAE se fait du dépôt du dossier de recevabilité de la demande jusqu’au contrôle complémentaire.

 

 Alexandra MELVILLE - Cruci@l Conseil CFTC

 

 

 

Cruci@l Conseil CFTC : Entretien avec Bertrand Hebert Directeur GÉnÉral adjoint de l’APEC

 

Nous allons ici vous relater nos entretiens avec l’APEC et l’insertion professionnelle des jeunes cadres de façon général.

Qu’appelle-t-on jeune cadre aujourd’hui, les jeunes d’environ 26 à 28 ans qui sont diplômés d’un bac +5. Attention, ces jeunes ne rentrent pas tous cadre dans les sociétés.

Pourtant, aujourd’hui 9 jeunes cadres sur 10 sont en emploi ou ont déjà occupé un emploi. 55% sont en CDI, 53% accèdent directement à un statut cadres 92% travaillent à plein temps et leur rémunération médiane est de 28 K€ ce qui veut dire qu’une moitié gagne moins et une autre plus …

 

Le tableau ci-dessous vous montre des taux d’emploi différents selon les disciplines.

 

 

% Bac +5

% cadre

% CDI

Sciences technologiques 

87%

76%

74%

Sciences humaines et sociales

87%

40%

33%

Droit économie et gestion

80%

44%

54%

Lettres langues et arts

77%

32%

41%

Sciences fondamentales

68%

70%

43%

 

Les divers critères de choix de l’emploi occupés sont pour les jeunes cadres surtout en adéquation avec leur projet professionnel (33%) puis vient l’intérêt du travail (29%) mais la notoriété de l’entreprise arrive en dernier (6%) car la localisation du poste est privilégiée (12%).

 

Les jeunes cadres travaillent pour 45% dans une PME et pour 75% d’entre eux dans le privé. Les secteurs sont principalement :

- Les Services : 59%,

- L’Industrie : 20%,

- Le Commerce : 15%,

- La Construction : 6%.

 

Pour les jeunes cadres, le 1er moyen d’accéder à un emploi est :

- 32% offre d’emploi,

- 15% le dépôt de CV,

- 15% les relations du réseau,

- 14% la candidature spontanée.

 

Les divers critères de choix pour l’emploi occupé

- 33% En adéquation avec leur projet professionnel,

- 29% L’intérêt du travail,

- 12% La localisation du poste,

- 6% La notoriété de l’entreprise.

 

Les aspirations et les attentes des jeunes cadres aujourd’hui :

- Le contenu du poste et l’intérêt des missions,

- La valorisation de la formation initiale,

- La demande d’accompagnement,

- Une ambiance de travail épanouissante,

- Une visibilité en matière d’évolution professionnelle.

 

Ce que les jeunes cadres expriment

Ce que les recruteurs perçoivent

Ce que propose les recruteurs

·         Intérêt du poste et des missions

·         Adéquation avec la formation

·         Ambiance de travail

·         Salaire et avantage sociaux

·         Perspectives d’évolution

 

·         Intérêt du poste et des missions

·         Salaire et avantage sociaux

·         Ambiance de travail

·         Perspectives d’évolution

·         Structure attractive

·         Programme de formation

·         Ambiance de travail

·         Salaire correct

 

Le poids de l’origine social et familiale dans l’accès à l’emploi :

 

Les jeunes issus d’un milieu cadre

Les jeunes issus d’un milieu non cadre

·         Informé et repères en matière d’orientation et insertion (métiers et débouches)

·         Ambition davantage affichée

·         Exigences salariales affirmées

·         Un risque: se surévaluer.

 

·         Peu informé et manque de repère en matière d’orientation et insertion

·         Attitude moins assurée

·         Exigences salariales peu affirmées

·         Un risque: se dévaloriser.

 

Un jeune cadre donne un engagement à l’entreprise conditionnel avec 2 notions primordiales, le plaisir et l’accomplissement de soi.

 

A suivre donc …

 

Christophe ECOLLAN - Cruci@l Conseil CFTC

 

 

L’actu Accenture de Septembre 2017…

Accenture : la mutuelle nouvelle mouture arrive en 2018

Suite à l’application prochaine de nouvelles réglementations et à l’évolution des problématiques de santé, la CFTC a été le moteur de cette renégociation de la mutuelle de santé et prévoyance. Les discussions se sont achevées cet été.

La section Cruci@l conseil CFTC est signataire de cet accord car celui-ci apporte une amélioration de couverture et une baisse de prix pour la majorité des salariés du groupe.

La loi prévoit une négociation triennale sur la mutuelle d’entreprise, permettant d’ajuster cette dernière aux évolutions des lois, des pratiques et de la structure de la société, notamment avec la date limite d’application du « contrat responsable » au 1er janvier 2018.

Le contrat responsable, initié par la réforme de l’assurance-maladie en 2004 et complété par la loi de financement de la Sécurité sociale en 2014, prévoit notamment :
une obligation de prise en charge dans le « parcours de soin »,
une interdiction de remboursement des dépassements et majorations liés au non-respect du « parcours de soin »,
la communication annuelle du montant et de la composition des frais de gestion,
des minima et plafonds de garanties sur des postes de soins comme consultation, optique et forfait hospitalier.
Applicable depuis le 1er avril 2015 pour les nouveaux contrats et obligatoire pour toutes les entreprises au plus tard au 1er janvier 2018.

Ce qu’apporte ce nouvel accord de mutuelle en « santé et prévoyance »

Une harmonisation de la mutuelle pour toutes les sociétés du groupe.

Une mutuelle pour l’ensemble des salariés du groupe, incluant les nouvelles entités et celles amenées à intégrer Accenture ces 3 prochaines années ; cela inclut donc les salariés SAS, ATS, AIS, APTP et APLS / PCO Innovation, soit environ 5 600 salariés à l’heure actuelle.

Une harmonisation vers le haut de la participation patronale.

La loi oblige l’employeur à financer à minima la moitié de la part de mutuelle et de prévoyance. Les négociations précédentes avaient permis d’augmenter la contribution patronale d’Accenture au-delà, mais ce n’était pas toujours le cas pour toutes les entreprises récemment incluses. C’est maintenant fait avec une cotisation du coté patronal a 70 % pour la santé et 67 % pour la prévoyance.

Simplification de lecture des options

L’ancien régime prévoyait de nombreuses options coûteuses et finalement peu souscrites et peu lisibles. Le nouveau régime prévoit une simplification afin d’améliorer l’efficacité de la couverture par l’alignement avec la couverture la plus haute. Au choix des bénéficiaires, on retrouve soit un capital décès + rentes éducation + majoration IPA soit un capital décès minoré + rentes éducation + rente de conjoint + majoration IPA.

Meilleure prise en charge des nouveaux usages et des nouvelles pathologies

Avec une moyenne d’âge de 33 ans, composée à plus de 90 % de cadres, les besoins sont principalement le suivi médical, la pharmacie, le dentaire et l’optique.

En complément, cette nouvelle mutuelle accordera un budget de 200 euros par an pour les médecines dites douces (ostéopathie, podologie, psychologues, acupuncture, diététique…), outre une prise en charge des frais de pharmacie non remboursés par la Sécurité sociale à hauteur de 4 % du PMSS (plafond moyen sécurité sociale), une meilleure prise en charge des frais dentaires et des opérations de l’œil au laser.

Les autres postes sont, pour la plupart, légèrement améliorés sauf sur les consultations de spécialistes non option pratique tarifaire maîtrisé (OPTAM), l’optique hors réseau et les frais de montures pour ceux ayant souscrit l’option optique de l’actuelle mutuelle.

Le prix de la mutuelle diminue.

À titre individuel pour des prestations améliorées sur la plupart des postes de dépenses, le prix de la mutuelle diminue. Pourtant sur le régime facultatif, il va se situer entre 2 et 5 euros supplémentaires mensuels et permettra une base de remboursement des spécialistes non affiliés à l'OPTAM ou hors réseau optique plus importante, sachant que les enfants sont couverts sans surcoût.

Mais la prise en charge du conjoint porté par la CFTC n’a pas fait l’unanimité des organisations syndicales présentes. Cependant, le conjoint sera pris en charge et un surcoût devrait être compensé pour la plupart des salariés par la baisse du coût global de la mutuelle et des options et ajusté en fonction du niveau du salaire.

La section Cruci@l conseil CFTC reste vigilante sur ce sujet et continue de militer pour une meilleure identification et intégration des conjoints non couverts par une autre mutuelle. Nous avons cependant obtenu que le coût de l’ajout du conjoint soit ajusté au niveau du salaire afin de ne pas pénaliser les bas salaires mais nous souhaitons aller beaucoup plus loin.

 

L’actu Accenture de Juin 2017…

CHSCT ÉTABLISSEMENT ACCENTURE SAS DE BLAGNAC

Les principales missions du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) reposent à la fois sur

– la contribution à la protection de la santé physique et mentale et de la sécurité des salariés, ainsi que la prévention en la matière
– la contribution à l’amélioration des conditions de travail
– une veille sur l’observation des prescriptions légales prises en ces
matières par l’employeur.

Lire la suite…

 

L’actu Accenture de Mai 2017…

ACCENTURE EUROPEAN FORUM

Voici quelques nouvelles de l’AEF (Accenture European Forum), le «CE Européen».
Bon nombre de sujets ont été abordés lors de la réunion de mai, mais essayons de faire un point rapide sur les informations les plus importantes.

Une nouvelle stratégie des ressources humaines au niveau global a été présentée avec notamment les priorités suivantes :

Lire la suite…

 

L’actu Accenture d'Avril 2017…

INDÉPENDANTS ET ACTIFS !

Alors que la campagne pour l’élection présidentielle avance à grands pas, nous rappelons l’un des fondements de la CFTC : son indépendance à l’égard de tous les pouvoirs politiques, économiques et religieux.

La CFTC a toujours été attachée, outre ceux qui figurent au fronton des bâtiments publics (liberté, égalité, fraternité), à la paix civile et sociale dont le président de la République est le garant, la négociation comme moyen privilégié de transformation sociale.

Durant cette campagne, nous sommes attentifs aux propositions que font les candidats pour accompagner les évolutions du monde du travail, notamment du fait des bouleversements technologiques que nous connaissons depuis une décennie maintenant et qui vont en s’accélérant. Ce faisant, la CFTC demande un Grenelle du numérique et de la robotique.

Lire la suite…

 

L’actu Accenture de Mars 2017…

FUSION APLS VERS SAS

La consultation du comité d’entreprise APLS a démarré le Jeudi 23 Mars pour une fusion d’APLS dans SAS cet été. En parallèle, les usages APLS ont été dénoncés par la direction avec une date d’arrêt le jour de la fusion. Parmi ces usages, les RTT, le compte épargne temps, les jours de pont, les jours enfant malade payés, la politique voyage dont les remboursements des repas du midi, le plan d’épargne retraite, le taux de remboursement des astreintes et WE travaillés, et même la suppression des téléphones portables pour les levels 8 à 13.

Lire la suite…

 

L’actu Accenture de Février 2017…

FUSION – ABSORPTION – CONFUSION

Comme vous avez pu le lire précédemment, le Groupe Accenture s’adonne en ce moment à l’acquisition/fusion de plusieurs sociétés ou entités, destinées à compléter le « couteau suisse » Accenturien, et développer le business des différentes Marques du Groupe.

Pour vous rafraîchir la mémoire …
APLS, ASBC et AIS qui fusionnent avec Accenture SAS
OCTO, ARISMORE SAS et MEMORITY SAS prochainement absorbés par Accenture SAS
Mais quelle est la perception de ces changements, vu de l’autre côté de la lorgnette ?

Lire la suite…

L’actu Accenture de Janvier 2017…

VU DANS LA PRESSE

Suite à l’engagement public d’un des membres du Comité de Direction d’Accenture France dans l’équipe de campagne d’un parti politique, le nom de Accenture apparait dans la presse et sur les réseaux sociaux depuis quelques jours sous fond de polémique.
Cruci@l Conseil CFTC tient à rappeler, pour sa part, que l’article 1 des statuts de la CFTC précise qu’elle est indépendante de tout groupement extérieur, politique ou religieux. Attachée à la liberté de pensée, elle ne peut s’opposer à ce que chacun puisse se positionner à titre personnel.

Lire la suite…


Si vous souhaitez que «Cruci@l Conseil» aborde un thème particulier n’hésitez pas à nous en faire part.

Powered by CFTC. ©2017  |  Nous contacter