Actus Accenture

L’actu Accenture d'Octobre 2017…

 

NOUVEAU BLOG

 

Le blog Cruci@l Conseil CFTC fait peau neuve.

 

 

Retrouvez tous les articles de votre Cruci@l Mail avant même qu’ils ne sortent en cliquant sur ce lien !

 

N’oubliez pas de vous abonner à ce blog pour être alerté en temps réel dès qu’une nouvelle information est disponible.

 

 

Christophe SERVOZ - Cruci@l Conseil CFTC

 

 

FORMATION – CE qui change

 

La loi Formation du 5 mars 2014 modifiait certaines modalités liées à la Validation des Acquis de l’Expérience. Le décret entre en vigueur le 1er Octobre 2017.

 Les changements sont répertoriés dans le tableau ci-dessous :

 

Ce qui change avec le décret

 

Avant le 1er Octobre

Après le 1er Octobre

Expériences retenues

L’ensemble des activités salariées, non-salariés ou bénévoles exercés de façon continue ou non

S’ajoutent des activités de volontariat, ou exercées par une personne inscrite sur la liste des sportifs de haut niveau, ou dans le cadre de responsabilités syndicales, d’un mandat électoral local ou d’une fonction élective locale. Lorsqu’il s’agit d’activités réalisées en formation initiales ou continue peuvent être prises en compte :

-    Les périodes de formation en milieu professionnel ;

-    Les périodes de mise en situation en milieu professionnel ;

-    Les stages pratiques ;

-    Les préparations opérationnelles à l’emploi ;

-    Les périodes de formation pratique de contrat d’apprentissage, de contrat de professionnalisation ou de contrat unique d’insertion (CUI)

Durées minimales des expériences

Au moins trois ans, ou au moins 24 mois d’activité salariée pour les CDD

Au moins un an, de façon continue ou non

Procédure

 

En deux étapes : recevabilité et évaluation. Les éléments des deux dossiers sont précisés.

Validation Partielle

Le salarié a cinq ans pour valider totalement la certification

Les parties de certification sont définitivement acquises. Elles sont attestées ou inscrites dans le livret de certification.

Congé VAE

La durée du congé ne peut être supérieure à 24 heures de temps de travail consécutif

La durée maximale du congé peut être augmentée par accord collectif de travail pour les salariés dont le niveau est inférieur au niveau IV (baccalauréat) ou dont l’emploi est menacé par les évolutions économiques ou technologiques.

Prise en charge des dépenses

Les dépenses réalisées par l’employeur, couvrent, dans une limite de 24 heures, les frais de :

-    La validation organisée par l’organisme certificateur ;

-    L’accompagnement du candidat à la préparation de cette validation ;

-    La rémunération du salarié.

Le salarié bénéficiaire d’un congé pour VAE a droit, dès lors qu’il a obtenu d’un organisme collecteur paritaire agréé la prise en charge des dépenses correspondantes à ce congé, à une rémunération égale à celle qu’il aurait perçue s’il était resté à son poste de travail, dans la limite de 24 heures par validation.

Précision de la liste des dépenses pouvant être prises en charge par l’employeur et/ou l’OPCA :

-    La rémunération du salarié pendant son congé de VAE ;

-    Les frais de transport, de repas et d’hébergement ;

-    Les frais d’examen du dossier de recevabilité ;

-    Les frais d’accompagnement du candidat

-    Les frais d’organisation de session d’évaluation par l’autorité ou l’organisme habilité à délivrer la certification ciblée.

Information

Pas de gratuité de l’information. Le suivi statistique du parcours des candidats à la VAE se fait du dépôt du dossier de recevabilité de la demande jusqu’à l’expiration du délai de validation complète de la certification (cinq ans à compter de la validation partielle).

Aide gratuite à la constitution du dossier de recevabilité de l’organisme certificateur. Les informations et ces conseils sont disponibles sur un portail national dématérialisé. Le suivi statistique du parcours des candidats à la VAE se fait du dépôt du dossier de recevabilité de la demande jusqu’au contrôle complémentaire.

 

 Alexandra MELVILLE - Cruci@l Conseil CFTC

 

 

 

Cruci@l Conseil CFTC : Entretien avec Bertrand Hebert Directeur GÉnÉral adjoint de l’APEC

 

Nous allons ici vous relater nos entretiens avec l’APEC et l’insertion professionnelle des jeunes cadres de façon général.

Qu’appelle-t-on jeune cadre aujourd’hui, les jeunes d’environ 26 à 28 ans qui sont diplômés d’un bac +5. Attention, ces jeunes ne rentrent pas tous cadre dans les sociétés.

Pourtant, aujourd’hui 9 jeunes cadres sur 10 sont en emploi ou ont déjà occupé un emploi. 55% sont en CDI, 53% accèdent directement à un statut cadres 92% travaillent à plein temps et leur rémunération médiane est de 28 K€ ce qui veut dire qu’une moitié gagne moins et une autre plus …

 

Le tableau ci-dessous vous montre des taux d’emploi différents selon les disciplines.

 

 

% Bac +5

% cadre

% CDI

Sciences technologiques 

87%

76%

74%

Sciences humaines et sociales

87%

40%

33%

Droit économie et gestion

80%

44%

54%

Lettres langues et arts

77%

32%

41%

Sciences fondamentales

68%

70%

43%

 

Les divers critères de choix de l’emploi occupés sont pour les jeunes cadres surtout en adéquation avec leur projet professionnel (33%) puis vient l’intérêt du travail (29%) mais la notoriété de l’entreprise arrive en dernier (6%) car la localisation du poste est privilégiée (12%).

 

Les jeunes cadres travaillent pour 45% dans une PME et pour 75% d’entre eux dans le privé. Les secteurs sont principalement :

- Les Services : 59%,

- L’Industrie : 20%,

- Le Commerce : 15%,

- La Construction : 6%.

 

Pour les jeunes cadres, le 1er moyen d’accéder à un emploi est :

- 32% offre d’emploi,

- 15% le dépôt de CV,

- 15% les relations du réseau,

- 14% la candidature spontanée.

 

Les divers critères de choix pour l’emploi occupé

- 33% En adéquation avec leur projet professionnel,

- 29% L’intérêt du travail,

- 12% La localisation du poste,

- 6% La notoriété de l’entreprise.

 

Les aspirations et les attentes des jeunes cadres aujourd’hui :

- Le contenu du poste et l’intérêt des missions,

- La valorisation de la formation initiale,

- La demande d’accompagnement,

- Une ambiance de travail épanouissante,

- Une visibilité en matière d’évolution professionnelle.

 

Ce que les jeunes cadres expriment

Ce que les recruteurs perçoivent

Ce que propose les recruteurs

·         Intérêt du poste et des missions

·         Adéquation avec la formation

·         Ambiance de travail

·         Salaire et avantage sociaux

·         Perspectives d’évolution

 

·         Intérêt du poste et des missions

·         Salaire et avantage sociaux

·         Ambiance de travail

·         Perspectives d’évolution

·         Structure attractive

·         Programme de formation

·         Ambiance de travail

·         Salaire correct

 

Le poids de l’origine social et familiale dans l’accès à l’emploi :

 

Les jeunes issus d’un milieu cadre

Les jeunes issus d’un milieu non cadre

·         Informé et repères en matière d’orientation et insertion (métiers et débouches)

·         Ambition davantage affichée

·         Exigences salariales affirmées

·         Un risque: se surévaluer.

 

·         Peu informé et manque de repère en matière d’orientation et insertion

·         Attitude moins assurée

·         Exigences salariales peu affirmées

·         Un risque: se dévaloriser.

 

Un jeune cadre donne un engagement à l’entreprise conditionnel avec 2 notions primordiales, le plaisir et l’accomplissement de soi.

 

A suivre donc …

 

Christophe ECOLLAN - Cruci@l Conseil CFTC

 

 

L’actu Accenture de Septembre 2017…

Accenture : la mutuelle nouvelle mouture arrive en 2018

Suite à l’application prochaine de nouvelles réglementations et à l’évolution des problématiques de santé, la CFTC a été le moteur de cette renégociation de la mutuelle de santé et prévoyance. Les discussions se sont achevées cet été.

La section Cruci@l conseil CFTC est signataire de cet accord car celui-ci apporte une amélioration de couverture et une baisse de prix pour la majorité des salariés du groupe.

La loi prévoit une négociation triennale sur la mutuelle d’entreprise, permettant d’ajuster cette dernière aux évolutions des lois, des pratiques et de la structure de la société, notamment avec la date limite d’application du « contrat responsable » au 1er janvier 2018.

Le contrat responsable, initié par la réforme de l’assurance-maladie en 2004 et complété par la loi de financement de la Sécurité sociale en 2014, prévoit notamment :
une obligation de prise en charge dans le « parcours de soin »,
une interdiction de remboursement des dépassements et majorations liés au non-respect du « parcours de soin »,
la communication annuelle du montant et de la composition des frais de gestion,
des minima et plafonds de garanties sur des postes de soins comme consultation, optique et forfait hospitalier.
Applicable depuis le 1er avril 2015 pour les nouveaux contrats et obligatoire pour toutes les entreprises au plus tard au 1er janvier 2018.

Ce qu’apporte ce nouvel accord de mutuelle en « santé et prévoyance »

Une harmonisation de la mutuelle pour toutes les sociétés du groupe.

Une mutuelle pour l’ensemble des salariés du groupe, incluant les nouvelles entités et celles amenées à intégrer Accenture ces 3 prochaines années ; cela inclut donc les salariés SAS, ATS, AIS, APTP et APLS / PCO Innovation, soit environ 5 600 salariés à l’heure actuelle.

Une harmonisation vers le haut de la participation patronale.

La loi oblige l’employeur à financer à minima la moitié de la part de mutuelle et de prévoyance. Les négociations précédentes avaient permis d’augmenter la contribution patronale d’Accenture au-delà, mais ce n’était pas toujours le cas pour toutes les entreprises récemment incluses. C’est maintenant fait avec une cotisation du coté patronal a 70 % pour la santé et 67 % pour la prévoyance.

Simplification de lecture des options

L’ancien régime prévoyait de nombreuses options coûteuses et finalement peu souscrites et peu lisibles. Le nouveau régime prévoit une simplification afin d’améliorer l’efficacité de la couverture par l’alignement avec la couverture la plus haute. Au choix des bénéficiaires, on retrouve soit un capital décès + rentes éducation + majoration IPA soit un capital décès minoré + rentes éducation + rente de conjoint + majoration IPA.

Meilleure prise en charge des nouveaux usages et des nouvelles pathologies

Avec une moyenne d’âge de 33 ans, composée à plus de 90 % de cadres, les besoins sont principalement le suivi médical, la pharmacie, le dentaire et l’optique.

En complément, cette nouvelle mutuelle accordera un budget de 200 euros par an pour les médecines dites douces (ostéopathie, podologie, psychologues, acupuncture, diététique…), outre une prise en charge des frais de pharmacie non remboursés par la Sécurité sociale à hauteur de 4 % du PMSS (plafond moyen sécurité sociale), une meilleure prise en charge des frais dentaires et des opérations de l’œil au laser.

Les autres postes sont, pour la plupart, légèrement améliorés sauf sur les consultations de spécialistes non option pratique tarifaire maîtrisé (OPTAM), l’optique hors réseau et les frais de montures pour ceux ayant souscrit l’option optique de l’actuelle mutuelle.

Le prix de la mutuelle diminue.

À titre individuel pour des prestations améliorées sur la plupart des postes de dépenses, le prix de la mutuelle diminue. Pourtant sur le régime facultatif, il va se situer entre 2 et 5 euros supplémentaires mensuels et permettra une base de remboursement des spécialistes non affiliés à l'OPTAM ou hors réseau optique plus importante, sachant que les enfants sont couverts sans surcoût.

Mais la prise en charge du conjoint porté par la CFTC n’a pas fait l’unanimité des organisations syndicales présentes. Cependant, le conjoint sera pris en charge et un surcoût devrait être compensé pour la plupart des salariés par la baisse du coût global de la mutuelle et des options et ajusté en fonction du niveau du salaire.

La section Cruci@l conseil CFTC reste vigilante sur ce sujet et continue de militer pour une meilleure identification et intégration des conjoints non couverts par une autre mutuelle. Nous avons cependant obtenu que le coût de l’ajout du conjoint soit ajusté au niveau du salaire afin de ne pas pénaliser les bas salaires mais nous souhaitons aller beaucoup plus loin.

 

L’actu Accenture de Juin 2017…

CHSCT ÉTABLISSEMENT ACCENTURE SAS DE BLAGNAC

Les principales missions du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) reposent à la fois sur

– la contribution à la protection de la santé physique et mentale et de la sécurité des salariés, ainsi que la prévention en la matière
– la contribution à l’amélioration des conditions de travail
– une veille sur l’observation des prescriptions légales prises en ces
matières par l’employeur.

Lire la suite…

 

L’actu Accenture de Mai 2017…

ACCENTURE EUROPEAN FORUM

Voici quelques nouvelles de l’AEF (Accenture European Forum), le «CE Européen».
Bon nombre de sujets ont été abordés lors de la réunion de mai, mais essayons de faire un point rapide sur les informations les plus importantes.

Une nouvelle stratégie des ressources humaines au niveau global a été présentée avec notamment les priorités suivantes :

Lire la suite…

 

L’actu Accenture d'Avril 2017…

INDÉPENDANTS ET ACTIFS !

Alors que la campagne pour l’élection présidentielle avance à grands pas, nous rappelons l’un des fondements de la CFTC : son indépendance à l’égard de tous les pouvoirs politiques, économiques et religieux.

La CFTC a toujours été attachée, outre ceux qui figurent au fronton des bâtiments publics (liberté, égalité, fraternité), à la paix civile et sociale dont le président de la République est le garant, la négociation comme moyen privilégié de transformation sociale.

Durant cette campagne, nous sommes attentifs aux propositions que font les candidats pour accompagner les évolutions du monde du travail, notamment du fait des bouleversements technologiques que nous connaissons depuis une décennie maintenant et qui vont en s’accélérant. Ce faisant, la CFTC demande un Grenelle du numérique et de la robotique.

Lire la suite…

 

L’actu Accenture de Mars 2017…

FUSION APLS VERS SAS

La consultation du comité d’entreprise APLS a démarré le Jeudi 23 Mars pour une fusion d’APLS dans SAS cet été. En parallèle, les usages APLS ont été dénoncés par la direction avec une date d’arrêt le jour de la fusion. Parmi ces usages, les RTT, le compte épargne temps, les jours de pont, les jours enfant malade payés, la politique voyage dont les remboursements des repas du midi, le plan d’épargne retraite, le taux de remboursement des astreintes et WE travaillés, et même la suppression des téléphones portables pour les levels 8 à 13.

Lire la suite…

 

L’actu Accenture de Février 2017…

FUSION – ABSORPTION – CONFUSION

Comme vous avez pu le lire précédemment, le Groupe Accenture s’adonne en ce moment à l’acquisition/fusion de plusieurs sociétés ou entités, destinées à compléter le « couteau suisse » Accenturien, et développer le business des différentes Marques du Groupe.

Pour vous rafraîchir la mémoire …
APLS, ASBC et AIS qui fusionnent avec Accenture SAS
OCTO, ARISMORE SAS et MEMORITY SAS prochainement absorbés par Accenture SAS
Mais quelle est la perception de ces changements, vu de l’autre côté de la lorgnette ?

Lire la suite…

L’actu Accenture de Janvier 2017…

VU DANS LA PRESSE

Suite à l’engagement public d’un des membres du Comité de Direction d’Accenture France dans l’équipe de campagne d’un parti politique, le nom de Accenture apparait dans la presse et sur les réseaux sociaux depuis quelques jours sous fond de polémique.
Cruci@l Conseil CFTC tient à rappeler, pour sa part, que l’article 1 des statuts de la CFTC précise qu’elle est indépendante de tout groupement extérieur, politique ou religieux. Attachée à la liberté de pensée, elle ne peut s’opposer à ce que chacun puisse se positionner à titre personnel.

Lire la suite…


Si vous souhaitez que «Cruci@l Conseil» aborde un thème particulier n’hésitez pas à nous en faire part.

Powered by CFTC. ©2017  |  Nous contacter