L’évolution professionnelle

Dispositif majeur de la réforme de la formation professionnelle, l’entretien professionnel est obligatoire depuis le 7 mars 2014. Cet entretien est un rendez-vous obligatoire entre le salarié et l’employeur. Il est destiné à envisager les perspectives d’évolution professionnelle du salarié et les formations qui peuvent y contribuer.

L’entretien professionnel vous concerne :

  • quelle que soit la nature de votre contrat de travail : CDICDD, contrat de travail temporaire, contrat aidé…
  • quelle que soit votre durée de travail (temps plein ou temps partiel),
  • quelle que soit votre ancienneté,

Les employés sous contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, qui ont la qualité de salariés, ne sont pas exclus de ces dispositions, même s’ils bénéficient par ailleurs d’un accompagnement dans le cadre de leur formation en alternance.

L’entretien professionnel vise à :

  • accompagner le salarié dans ses perspectives d’évolution professionnelle : qualifications, changement de poste, promotion…
  • identifier ses besoins de formation.

La loi ne précise pas le contenu de l’entretien. À défaut de stipulations dans l’accord de branche ou d’entreprise, il revient à l’employeur de le définir en fonction des orientations stratégiques de l’entreprise : bilan du parcours professionnel du salarié avant et depuis son entrée dans l’entreprise, identification des besoins de l’entreprise et des aspirations et compétences du salarié, perspectives d’évolution professionnelle…

L’entretien doit avoir lieu pendant le temps de travail (et est assimilé à du temps de travail effectif) et dans les locaux de l’entreprise.

L’entretien professionnel doit avoir lieu tous les 2 ans (à partir de l’entrée dans l’entreprise, puis de la date de l’entretien précédent).

Cependant,il est toujours possible pour l’employeur, soit par décision unilatérale, soit en application d’un accord collectif, d’organiser des entretiens professionnels une fois par an.

Toutefois, l’entretien professionnel doit être systématiquement proposé à tout salarié qui reprend son activité après une période d’interruption due à :

  • un congé de maternité,
  • un congé parental à temps plein ou partiel,
  • un congé de soutien familial,
  • un congé d’adoption,
  • un congé sabbatique,
  • une période de mobilité volontaire sécurisée,
  • un arrêt maladie de plus de 6 mois,
  • un mandat syndical.

Tous les 6 ans, l’entretien professionnel doit faire un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du salarié. Cet état des lieux permet de vérifier que le salarié a effectivement bénéficié des entretiens professionnels prévus au cours des 6 dernières années.

Il permet également de s’assurer qu’au cours de ces 6 dernières années, le salarié a :

Un compte-rendu de l’état des lieux est alors rédigé durant cet entretien et une copie est remise au salarié.

Cruci@l Conseil CFTC

L’entretien professionnel ne concerne pas l’évaluation de votre travail qui est traitée par ailleurs dans le cadre du « Performance Achievement ».

Bien préparer l’entretien :

  • Eviter d’improviser : il s’agit de votre carrière, soignez là.
  • Reprendre le compte rendu des années précédentes, notamment le plan d’action prévu.
  • Lister vos réalisations de l’année en cours et de l’année précédente,
  • Lister objectivement les réussites et les difficultés rencontrées, formulez-les par écrit au préalable dans la partie du formulaire dédiée à cet effet,
  • Préparer un argumentaire (par mots clés) pour votre exposé oral,
  • Lister vos attentes, besoins, idées, souhaits et revendications pour l’avenir immédiat et à plus long terme: affectation, formation, promotion, …fixez-vous des objectifs,
  • Préparer vos propositions et demandes en tant que plan de formation et d’affectation sur missions, avec une perspective à moyen terme.
  • Prendre conseil auprès d’un représentant Cruci@l Conseil CFTC au préalable ainsi qu’après l’entretien, si vous pensez avoir des arguments pour contrer les appréciations de votre manager.

Cruci@l Conseil CFTC vous recommande de signer avec réserves et tout en exprimant votre avis, plutôt que de ne rien notifier : Rédiger vos réserves et désaccords sur le document avant de signer. S’il s’agit d’un outil électronique, formulez les éléments de désaccord avant de valider.